Droit de la personnes – Humain Rights

Pour toutes information sur le comité des droits de la personnes veuillez communiquer:

—POSTE VACANT–

 

 

 

Retour personnel sur le colloque

Liberté d’expression en péril! | 24 mai 2013

par : Guillaume Pelletier, comité droits humains, AIMTA 1751

 

Organisé à l’initiative de la Ligue des droits et libertés, le colloque Liberté d’expression en péril! regroupait plusieurs intervenants en provenance de divers milieux autant syndicaux, militants, journalistiques ou encore universitaires. La thématique principale, bien que centrée sur la liberté d’expression dans le contexte de contestation sociale, s’avère tout à fait pertinente et applicable à d’innombrables aspects de notre organisation syndicale…

Pour le très jeune comité des droits humains de la loge 1751 de l’AIMTA, il s’agissait d’une occasion unique de rencontrer d’importants acteurs dans le domaine du respect et de l’avancement des droits humains; tout en approfondissant de nombreux concepts fondamentaux en matière de droits humains.

Nul besoin d’entrer en détails dans le colloque, car disons qu’en tant que membres de l’AIMTA et employés d’Air Canada, nous avons toutes et tous goutée à la médecine néolibérale du profit à tout prix ainsi qu’à ses instruments juridiques[1], politiques[2] ou encore l’intimidation patronale[3] employés pour  limiter l’expression de nos droits fondamentaux garantis par les chartes québécoises et canadiennes des droits et libertés.

D’un point de vue personnel, quelques aspects traités lors du congrès m’apparaissent importants à relever pour mieux s’outiller en vue des luttes à venir :

Notre méconnaissance de nos droits et libertés; plus spécifiquement quand vient le temps de faire valoir notre mécontentement. La connaissance accrue des lois en vigueur permet des actions plus efficaces en limitant les conséquences néfastes sur notre organisation;

l’importance de mieux connaitre et comprendre l’histoire syndicale. En outre, les moyens de lutte employés, les batailles remportées et les gains acquis devraient continuer à nous inspirer dans notre quête pour de meilleures conditions de travail, et plus généralement, pour notre implication collective dans le développement d’une société plus juste;

créer des espaces de débat et s’impliquer activement, avec d’autres comités des droits humains par exemple, afin de mieux comprendre les dynamiques entre liberté d’expression, droits humains et vie syndicale;

d’une manière plus générale, quand vient le temps d’exprimer son mécontentement, malgré tous les bâtons juridiques et politiques, voire idéologique, sans parler des matraques, il faut continuer à croire en la justesse morale de nos batailles et nos moyens d’action…

Le colloque a eu lieu le 24 mai 2013 à l’Université du Québec à Montréal et était organisé par la ligue des droits et libertés en partenariat avec la fondation Léo-Cormier pour l’éducation aux droits et libertés.

[1] Loi spéciale illégitime nous privant de notre droit de grève en contexte de négociation de convention collective.

[2] Intervention politique directe de la Ministre Raitt menant à la suspension de membres de l’AIMTA.

[3] Intimidation des superviseurs locaux pour empêcher le port d’un Jeans ou d’un pantalon militaire pour manifester pacifiquement notre mécontentement envers un contrat de travail ou la loi spéciale.

 

colloque-droit-humain-1
L’avocate de la CSN Anne Pineau (à gauche) nous explique « pourquoi faut-il défendre la liberté d’expression ». Suzanne Loiselle (à droite) fut l’animatrice de la journée.
colloque-droit-humain-2
Brian Myles (Président, Fédération professionnel des journalistes du Québec) parle du rôle des médias. Lucie Lemonde (Professeure, Science juridique, UQAM) nous a parlé de judiciarisation de la contestation sociale.
colloque-droit-humain-3
l’UdeM, en pleine intervention sur les ravages du gouvernement Harper en terme
de liberté d’expression…